Civilization Online ne verra jamais le jour en Europe

Déc 29, 16 Civilization Online ne verra jamais le jour en Europe

XL Games a encore frappé. Décidément, les studios XL Games ne font vraiment pas l’unanimité et Take Two en fait cruellement les frais. L’entreprise Coréenne, malheureusement célèbre, pour ses cash boutiques, était en charge d’exploiter la licence Civilization en ligne. Cantonné au marché Coréen, le projet a cependant fermé ses portes le 7 décembre dernier. Un coup dur pour les fans de la série qui espéraient pouvoir jeter leur dévolu sur des étendues online.

Civilization Online, un projet très sérieux

2012, au vu du succès d’Anno Online et dans une autre mesure de Settlers Online, Take Two devait apporter une réponse pour mettre en valeur son célèbre titre : Civilization. En effet, lorsqu’on regarde le marché des F2P touchant vaguement à la stratégie, on remarque qu’il existe une place toute désignée pour Civilization. Adaptée à une jouabilité en ligne, la série pourrait effectivement être un énorme carton, et réunir des joueurs du monde entier très facilement.

C’est pourquoi XL Games fut chargé de développer une version du jeu destinée au marché asiatique, qui devait selon les rumeurs être un coup d’essai pour une version beaucoup plus large géographiquement. Jake Song fut chargé du projet on lui en donna les moyens. En effet, l’équipe regroupait une centaine de personnes et disposait, supposément, d’un budget relativement confortable.

Autant dire que Xl Games prenait le projet très au sérieux et désirait offrir une expérience asiatique transformant l’essai et ouvrant les portes du marché mondial.

Civilization Online, un projet très sérieux

Une expérience plutôt novatrice

Jake Song a donc décidé de mettre les petits plats dans les grands et de proposer une version du jeu très spéciale. Il ne s’agissait donc absolument pas de proposer un nouvel opus de Civilization vaguement adapté au jeu multijoueur massif. L’équipe désirait proposer une expérience unique reposant sur les fonctionnements de Civilization, mais disposant de propriétés spéciales et d’une jouabilité particulièrement riche.

On choisissait donc une civilisation (les particularités étaient importantes comme dans la série) et on partait à l’aventure. Cependant, on ne dirigeait pas sa civilisation tout entière. La civilisation était dirigée par la masse des joueurs. Un retournement de concept qui semblait très prometteur et que la série solo devrait peut-être tester. Les progrès des différents joueurs, ainsi que leur influence militaire représentait la puissance de la civilisation, une ambiance travail de fourmis pour la gloire commune, qui au final, n’étonne pas en Asie.

Une expérience plutôt novatrice

Un jeu voué à l’échec ?

Pourtant, malgré tous ces bons points, Civilisation n’a pas fonctionné. Le nombre des joueurs, en Corée, Japon et Chine, n’est pas parvenu à transformer l’expérience en élément financièrement viable. Peut-être que Take Two n’a pas confié son projet au bon public. En effet, Jake Song a bien pensé le jeu, c’est un fait, par contre ses innovations ont été proposées à un public qui n’est pas fan de ce type de jeu.

Les jeux de type Civilization, Anno ou encore Settlers, ne sont pas parmi les plus populaires en Asie. Il s’agit d’une spécialité très occidentale, voire même particulièrement Européenne. On voit donc mal comment le projet aurait pu disposer d’un quelconque recensement. Il faudra peut-être attendre une expérience plus Européenne pour voir enfin un Civilization Online acclamé par la critique.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *